Brooklands Museum – 10 décembre 2023



Brooklands Museum – 10 décembre 2023



Notre city trip londonien touche à sa fin et, en ce dimanche, nous prenons la route vers Folkestone pour reprendre le train qui nous ramène sur le vieux continent, via le Channel.

Nos amis du Hogsback Chapter nous ont préparé un weekend de rêve et nous ont accompagné tout au long des différentes étapes avec beaucoup de générosité, de disponibilité et de patience. En plus de la belle soirée à laquelle nous étions invités le vendredi soir à la concession de Guildford, nous avons pu, grâce à eux, nous déplacer dans le métro londonien sans difficultés, visiter la magnifique concessions Warr’s de Chelsea et découvrir une partie de Londres, sans oublier la super soirée du samedi au Brewdog !

Que du bonheur, mais la cerise sur le gâteau fût sans aucun doute la visite guidée qu’ils nous ont offerte ce dimanche matin au Brooklands Museum… Il est probable que ce nom n’évoque pas grand-chose pour la plupart d’entre nous, et donc, s’il fallait résumer en quelque mots ce dont il s’agit, j’utiliserais les slogans de leur brochure … « Une journée de découverte » et plus précisément « tout apprendre au sujet des pionniers qui ont changé le monde des sports moteurs et de l’aviation ».

Dans un premier temps, nous arrivons sur un site qui ressemble à une énorme zone d’affaires où il y un imposant bâtiment Mercedes, avec à priori une piste d’essai, mais aussi un autre bâtiment aussi important de la société LG… Qu’allons-nous faire à cet endroit ? Quelques centaines de mètres plus loin, nous découvrons un Concorde en exposition à l’entrée d’un autre site aux allures beaucoup plus vintage et nous commençons à comprendre ce qui nous attend… La visite d’un musée de l’aviation.

Comme la veille à Londres, c’est David qui nous accueille sur le parking et il nous emmène vers d’anciens bâtiments ; nous traversons un vieux petit pont métallique qui enjambe une petite rivière et entrons dans une boutique ; le programme de la matinée se précise petit à petit … Nous y découvrons des maquettes d’avions, de voitures et toute une série d’articles liés aux sports mécaniques… Nous allons donc visiter un immense musée qui touche à tous ce que nous aimons, à savoir la mécanique, l’odeur de l’essence, de l’huile et du caoutchouc brulé, de la course et de la vitesse en général !

Nous sommes accueillis par Dell, l’ex-directeur du Chapter, par Axel et par quelques autres personnes ; ils sont tous vêtus d’un vêtement et d’un bonnet de couleur verte qui portent le logo de Brooklands ; ils nous parlent de ce qui va nous être proposé. Nous allons découvrir, en deux groupes et guidés en français par Axel et par une amie française, l’histoire de l’évolution des moyens de transport, de l’origine jusqu’à nos jours et nous verrons les véhicules les plus anciens, les plus sophistiqués et les plus performants, cela dans le domaine du cyclisme, de la moto, de l’automobile, et de l’aviation… Mais pas que… Il y aura aussi la visite de l’impressionnante « Stratosphère », immense banc d’essai mis en service dans l’entre-deux guerres pour tester différents équipements de pointe tels que des éléments de structure d’avions, de bateaux, de voitures, mais aussi des vêtements et certains matériaux dans des conditions de température et de pression atmosphérique extrêmes…

La visite peut commencer ; Axel nous explique, carte à l’appui, ce qu’était au départ et ce qu’est devenu aujourd’hui cet immense site. A l‘origine ce fût le tout premier circuit de course automobile au monde, avec un anneau de vitesse et un « banking » créé en 1907 ; au centre, vînt ensuite une piste d’atterrissage lorsque le site fût dédicacé à la construction aéronautique ; aujourd’hui, il reste des possibilité de rouler sur les vestiges du circuit et les propriétaires d’une grande partie des véhicules exposés, que ce soit des voitures, des motos et même des avions, sortent leur engin pour une petite balade, les avions se limitant à faire du « taxi »…

Nous sommes tout excités à l’idée de découvrir toutes ces merveilles, et nous commençons par le bâtiment dédié aux bicyclettes… Il y a les premiers prototypes sans pédale, une quantité impressionnante de vélos de différentes époques et de diverses origines, et il y a aussi un engin full carbone détenteur du record de monde de vitesse ; nous passons une porte et entrons dans la partie du musée dédiée aux motos… Pas une seule Harley ! Normal, nous sommes en terre britannique mais les modèles exposés ne manquent pas de similitudes avec nos engins, … fourche springer, moteur bi cylindre refroidis à air, soupapes latérales ou culbutées, … Je tombe sous le charme d’une magnifique Brough Superior de compétition des années 20, présentée dans son jus mais en état de marche. Il y a de très belles pièces mais elles sont peu nombreuses ; ce n’est pas le cas des voitures qui sont dans la salle suivante ; il y a des voitures de course, des voitures de luxe, mais aussi les premières automobiles du début de vingtième siècle ; je suis impressionné par un moteur 12 cylindres en triangle, double arbre à cames en tête, 4 soupapes et 2 bougies par cylindre, 24 litres de cylindrée, qui a servi à propulser la voiture qui a obtenu en 1937 le record des 500 km de Brooklands à la vitesse moyenne de 204 km/h… Un monstre !

Nous poursuivons la visite par le gigantesque hangar dans lequel nous découvrons la fameuse « stratosphère » et les vestiges d’anciens moteurs d’avion, dont le Rolls Royce qui équipait le Spitfire et le Hurricane, et d’énormes bombes ayant servi à la destruction d’un barrage durant la seconde guerre mondiale… Nous entrons ensuite dans le hall qui servit à la construction aéronautique et dans lequel sont exposés quelques exemplaires des premiers engins volants mais aussi les restes du bimoteur Vickers Wellington T Mark IA qui se crasha en 1940 dans le Loch Ness et qui fût retrouvé par hasard en 1985 ; il a été nettoyé et partiellement restauré mais il manque la quasi-totalité de son entoilage, ce qui permet de découvrir la structure d’aluminium « géodésique » inventée par Barnes Wallis, l’ingénieur qui créa aussi la stratosphère que nous visitions quelques minutes plus tôt… Nous découvrons aussi la fameux Hawker Siddeley Harrier, avion à décollage vertical dont un exemplaire est en état de vol ; il est arrivé à Brooklands piloté par son riche propriétaire qui a décidé de le laisser sur place au profit du musée… Nous avons la possibilité de prendre place aux commandes d’un autre exemplaire de cet appareil, ce qui est bien évidemment l’occasion de prendre quelques photos souvenir…

Je pourrais encore en dire bien plus sur ce que tout ce que nous avons découvert mais je dois terminer mon récit d’une manière ou d’une autre… le mieux serait sans doute de revenir un jour et d’assister pourquoi pas aux mises en route et aux essais de tous ces ancêtres !

Notre visite se termine par un petit repas au club house avant de prendre congé de nos amis, en les remerciant chaleureusement pour cette belle découverte et pour tous les bons moments passés grâce à eux tout au long du weekend.

Il est environ 12.30’ et nous devons reprendre la route vers Folkestone ; il y a quelques 135 km à parcourir pour attraper notre train, nous sommes dans les temps ; nous rentrons en Belgique sous la pluie, l’heure d’arrivée estimée à Mons est 20.00’…

Merci Alain « le camarguais » de nous avoir emmené et ramené à bon port. Merci encore à tous les participants et à Tanguy et Vanessa pour l’organisation de ce fabuleux weekend.   

Michel « The Historian » – Décembre 2023


Michel Hannaert – Mons Chapter Hainaut Belgium – Historian – 00.32(0)473.76.60.59 – historian.officer@monschapter.be

Related posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sign up for updates

NEWSLETTER

ADDRESS

Rue de la Poire d’Or 23

7033 Mons

PHONE

+32 65 39 48 20

EMAIL US

webmaster@monschapter.be

FOLLOW US

Copyright © 2019 Bikers Club. All Rights Reserved.

X
To top