500 miles Antwerp Diamond Port Chapter – Samedi 26 et dimanche 27 octobre 2019

500 miles Antwerp Diamond Port Chapter – Samedi 26 et dimanche 27 octobre 2019

Les 500 miles d’Anvers restent certainement pour la majorité des amateurs de ce type de rallye l’épreuve phare, la référence, celle qu’il faut avoir faite… Pas parce que c’est la plus belle, pas non plus parce que c’est la plus longue mais parce que c’est l’épreuve originale, celle qui a déjà été organisée 18 fois, celle au cours de laquelle on est certain d’avoir des conditions difficiles, … De la pluie, du brouillard, des gelées, de la boue ou des feuilles mortes sur la route, … En fait, tout ce qu’un motard prudent et raisonnable essaie d’éviter, un participant aux 500 miles ADPC vient le chercher chaque année à la fin octobre !

Il faut être malade diront certains ! Et ben oui, les 150 participants à cette édition 2019 étaient sans doute des malades ; mais de quelle maladie souffrent-ils ? Le besoin de se dépasser, la passion de la route, l’esprit Harley-Davidson, le plaisir de retrouver des frères bikers venant des 4 coins d’Europe, de Suisse, d’Italie, d’Allemagne, de France, de Hollande, du Portugal et d’ailleurs, l’envie de vivre et de partager avec ses compagnons de route une aventure humaine riche et épanouissante…

Qu’en pensez-vous ? C’est grave docteur ?  Mais non, … Quand on a la chance de pouvoir se faire plaisir et de partager ce que l’on aime avec ceux que l’on aime, cela ne peut faire que du bien, à condition d’être toujours prudent !

Et voilà, cette année encore, une importante délégation du Mons Chapter s’est inscrite à l’épreuve, et l’organisation des différents départs a été coordonnée les jours précédents. Certains partiront de Mons pour en rejoindre d’autres à Nivelles, d’autres partiront de Mons mais un peu plus tard et en retrouveront d’autres à Drogenbos, d’autres encore rejoindront directement Anvers … Grosse distraction de ma part qui mène un groupe d’une dizaine de motos lorsqu’arrivé à l’échangeur de Zaventem, je prends la direction de Liège… Je prends cette route fréquemment pour mon travail et je suis dans mes pensées… Zut, ce n’est pas la direction à suivre pour arriver à Anvers ! Et hop, changement de direction in-extrémis vers Bruxelles, sortie à Woluwe St. Etienne, et là nous sommes dans les travaux et devons suivre une déviation… Quelques hésitations et nous reprenons finalement le bon itinéraire… Cela commence bien, et dire que j’ai prévu de guider quelques novices tout au long des 500 miles ! Ils doivent déjà être inquiets…  

Nous sommes exactement 18 membres du Mons Chapter dont 4 ladies, on y ajoute Fabrizio, Fabrice et Pascal ainsi que Guy et Francis du Brussel Chapter qui seront avec nous pour le début du parcours, ça fait effectivement une belle équipe. Tout le monde se retrouve à Zandhoven, au point de départ officiel du rallye que nous avons rejoint au terme d’un prologue d’une quinzaine de kilomètres qui a démarré chez AMS à Ranst ; mise en jambe utile pour se familiariser avec la lecture du roadbook… Nous sommes accueillis par les organisateurs qui relèvent les kilomètres de chacune des motos et nous sommes pris individuellement en photo. Il fait beau et la température est très douce… Après avoir pris le repas offert, nous nous retrouvons à l’extérieur pour profiter de ce beau début d’après-midi ensoleillée. Quelques petits bricolages de dernière minute sur les motos, il est maintenant 14.45’ et c’est l’heure du briefing.

Mich et Peter prennent tour à tour la parole en 3 langues pour accueillir les participants et pour leur rappeler les grands principes du rallye … Prudence, respect des règles et des autres usagers, attention aux nombreux contrôles radars, … Applaudissements nourris et chacun retourne vers sa moto pour y recevoir le premier roadbook. Nous sommes nombreux et pour faciliter la sortie de Zandhoven et éviter les soucis de circulation, la police locale a demandé que nous roulions en convoi pour parcourir les quelques premiers kilomètres ; nous formons donc une colonne et nous partons en « parade ».  Vincent en duo avec son épouse Pascale, suivis de Fabrice qui, comme à La Rochelle, est en duo avec Choupette, ont pris les devants et sont tout au début de la colonne… A priori c’est bien clair, ces deux-là vont être en « bataille » pour être les premiers à l’arrivée. Moi, je m’impatiente un peu en voyant David qui chipote avec la mise en place de son roadbook… On va sortir tout à la fin de la colonne et on va être bloqué derrière une file de motos… Je n’aime pas ça mais tant pis !

Et c’est parti, la colonne se met en route et comme prévu, on fait une « parade » dans les rues de Zandhoven où il y a beaucoup de monde pour nous encourager. Le vrai départ est donné quelques kilomètres plus loin et comme je le craignais un peu, il y a beaucoup (trop) de monde devant nous ; nous envisageons quelques dépassements prudents et petit à petit, mais aussi à cause d’erreurs de lecture de certains participants qui nous précèdent, nous roulons en groupe de plus en plus réduits en direction de la Hollande et des plages de Zélande. Nous suivons un petit groupe de 3 motos suisses lorsque nous arrivons au premier contrôle ; on ne traîne pas, on pointe et après avoir chargé le deuxième roadbook, nous repartons aussi vite. La suite se déroule encore en Hollande et nous continuons à nous enfoncer en Zélande ; paysage magnifique, température douce et belles routes… Que du bonheur. Il commence à faire sombre lorsque nous arrivons au deuxième contrôle ; la nuit s’annonce et certains d’entre nous s’habillent un peu plus chaudement. Comme lors du dernier contrôle, nous ne traînons pas et après une courte pause, nous repartons. Guy et Francis, qui étaient avec nous jusque-là, ne sont pas encore revenus à leur moto et nous décidons de repartir ; pas grave, il était prévu que nous roulions à 4 avec Maryne, Dany et David et je présume qu’ils ont préféré rester à deux ou avec un autre groupe. Nous repartons donc pour le troisième parcours qui va nous ramener en Belgique, puis en Hollande et à nouveau en Belgique sans trop grande difficulté… Arrêt obligatoire pour changer la page de mon roadbook et Ales me passe avec son groupe… Quelques kilomètres plus loin, je les retrouve et nous les suivons un instant et de ce fait nous loupons un petit changement de direction à gauche… Je m’en rends compte et demi-tour immédiat pour retrouver le parcours correct. Nous arrivons presqu’ensemble au contrôle suivant à Oostmalle où Fabrice et Choupette ainsi que Vincent et Pascale sont déjà arrivés et attendent la remise du roadbook pour repartir au plus vite… Il fait encore assez doux, il ne pleut toujours pas et tout le monde se régale… Il est environ 20.45’ lorsque nous nous remettons en route. Le groupe me suit à merveille, Maryne est dans ma roue et me fait parfois des petits signes de la main pour me confirmer que tout va bien, Dany et David ferment la marche et notre rythme est bon. Nous repartons généralement un peu après le groupe d’Ales, mais nous les rattrapons souvent et c’est avec plaisir que je retrouve Despé en duo avec Reaper qui ferment la marche de ce groupe de 5 motos. Nous roulons en direction de Malines et nous arrivons sans encombre à l’étape suivante… Nous sommes à l’avance, le contrôle n’est pas encore ouvert. Il s’agit d’un petit bistrot qui est bourré, la musique va à fond et je préfère attendre à l’extérieur… On fait la file devant la table de contrôle pour récupérer notre roadbook et notre carnet de route validé. On essaie de ne pas traîner pour repartir mais il y a foule et tout le monde essaie de faire au plus vite… Il est environ 22.30’ lorsque nous repartons. Il fait toujours sec, la température est exceptionnellement douce et nous roulons maintenant en groupe vers Bruxelles. Arrivée à l’Atomium qui brille de mille feux, joli spectacle et beaucoup s’arrêtent pour la photo… Contrôle surprise devant les palais du Heysel et pour ceux qui le désirent, un hot dog est offert par les organisateurs… Pour ma part, je n’ai pas trop faim mais mes compagnons de route se régalent et je les attends… Il y une foule énorme sur les trottoirs, en effet ce soir il y avait « Stars Wars in concert » au palais 12 tout proche.  

Nous repartons et il y a des embouteillages… Je me faufile pour me dégager et nous sortons enfin de cette zone où nous avons finalement perdu pas mal de temps. Nous allons en Brabant flamand en direction de Geraardsbergen et la pluie fait son apparition vers 23.00’ ; d’abord faiblement mais il faut bientôt s’arrêter pour se protéger… Arrêt obligatoire pour enfiler les vêtements de pluie et départ maintenant sous une pluie battante vers l’étape suivant où nous arrivons vers minuit trente. Folle ambiance au point de contrôle qui est aussi un bistrot où les fêtards sont nombreux et il faut se frayer un passage entre eux pour obtenir son cachet et les 2 pages de roadbook pour l’étape suivante.

L’ambiance est très sympa, David fume quelques cigarettes parmi les clients et Dany mange un petit bout avant de repartir. A partir de là, les choses commenceront à se compliquer… D’abord, je me trompe dans le centre-ville et nous sommes obligés de revenir au départ pour comprendre mon erreur… J’ai loupé une petite rue à droite et on reste environ ¼ d’heure à tourner et hésiter avant d’enfin retrouver le bon parcours… Il pleut maintenant de manière très abondante et la lecture du roadbook, lunettes sur le bout du nez et visière entrouverte devient problématique… Le rythme diminue donc sensiblement mais pas grave, on reste prudent. Une hésitation lors d’un changement de direction à gauche, je m’arrête pour en parler avec David qui a aussi le roadbook mais j’ai l’impression que l’on se trompe… Arrive un groupe d’une dizaine de motos qui s’engage sans hésitation à gauche. Je n’aime pas ça mais tant pis, nous décidons de les suivre. A partir de là, je ne me pose plus trop de questions bien que franchement, à certains moments, je ne sais plus du tout où nous en sommes par rapport à l’itinéraire du roadbook… Nous arrivons comme cela en convoi à Ath et reprenons la direction de Bruxelles pour quelques kilomètres… Point de contrôle surprise et sous une pluie battante nous repartons sans perdre de temps. Maryne commence à souffrir du froid et de la pluie et elle a mal aux mains… Courage, à ce rythme nous devrons encore certainement rouler pendant 7 heures et la nuit est encore longue… Je reprends la tête du groupe et je m’y retrouve à nouveau parfaitement bien avec les indications du roadbook. Nous roulons vers Chièvres et tout va bien malgré les conditions météo difficiles. Nous traversons une petite agglomération et je suis obligé de m’arrêter pour changer la page du roadbook… Zut, tout est trempé et les pages se déchirent… Au secours ! Heureusement, Dany a aussi la bonne page et j’essaie de la mettre en place… Pas mieux et elle se déchire sous la pluie battante, nous n’avons effectivement rien pour nous mettre à l’abri. David a bien un dérouleur de roadbook mais il n’a pas suivi les différentes étapes, la visibilité étant très insuffisante à cause de la pluie… Je vais donc devoir y aller à l’aveuglette mais heureusement, un groupe de 2 motos suisses arrive et on leur emboite le pas sans se poser de question, je compte sur David pour suivre sur son roadbook, autant que faire se peut. Nous arrivons à Soignies et les suisses s’arrêtent, apparemment ils sont perdus. David me dit qu’ils n’ont pas suivi le parcours et on ne sait donc plus par où aller… On s’arrête aussi, je connais la région et je sais que nous devons aller à Waterloo. David prend la tête pour tenter de nous mener au roadbook et nous prenons la direction de Bruxelles jusqu’à la sortie de Soignies ; nouvelles hésitations et nous prenons enfin la N57 vers La Louvière… A Marches-Lez-Ecaussines, nous retrouvons le bon itinéraire et à partir de là je connais la route de tête pour rallier Waterloo en passant par Ittre et Braine-l’Alleud. J’ai pris malgré tout le temps de mémoriser les indications du roadbook de David pour essayer de coller au mieux à l’itinéraire imposé. Je roule donc devant, il est passé 3 heures du matin, il pleut toujours autant mais j’essaie de garder le rythme. A un moment, après un changement de direction, je ne vois plus personne derrière moi… Je m’arrête, j’attends un peu et je fais demi-tour… Je retrouve les autres arrêtés et je me rends compte que Maryne est à bout de force ; nous sommes passés la E19 à Ittre et elle veut absolument rentrer à Mons au plus vite. Elle a mal aux mains, ne sent plus ses pieds, est transie de froid et est découragée… Nous tentons de la réconforter… Le point de contrôle de Waterloo n’est plus qu’à 15 minutes et là nous prendrons le temps de nous reposer et de nous réchauffer un peu. En fait, il ne fait pas froid mais les vêtements mouillés ne font plus leur effet de protection… Allez chouchou, tu vas y arriver ! Nous arrivons sur le parking à proximité du Lion de Waterloo et je suis un peu déçu pour Maryne lorsque je me rends compte qu’il n’y a pas d’infrastructure, à peine un petit chapiteau pour se mettre à l’abri de la pluie… Une chance malgré tout, nous recevons un potage à l’oignon bien chaud et on peut enlever quelques instants le casque et les vêtements de pluie. J’en profite pour nettoyer à fond ma pochette réservoir pour pouvoir y installer au sec le roadbook suivant… Chouette, on va à Spy à la concession HD et on nous informe que le bar sera ouvert pour nous détendre confortablement. Maryne se réchauffe un peu, elle retrouve son sourire et on va pouvoir repartir. Nous reprenons donc la route vers 4.00’ sous une pluie toujours aussi intense. Je peux à nouveau suivre les indications du roadbook et je m’amuse bien, d’autant que je connais la région, Ohain, Lasne, Court-Saint-Etienne, Villers-La-Ville, Sombreffe, … L’itinéraire que nous empruntons m’est familier et les routes sont bonnes malgré les conditions météo désastreuses. Arrêt carburant et Maryne craque à nouveau, elle n’en peut plus et veut s’arrêter et rentrer ; il est évidemment impensable de la laisser seule dans son état et nous tentons de la mener à l’étape malgré ses difficultés… Il reste 35 kilomètres, on s’arrête un peu plus longtemps que prévu et on repart ¼ d’heure plus tard en direction de Spy. Plusieurs groupes nous dépassent mais on les retrouve un peu plus loin, lorsque nous entamons un tronçon particulièrement délicat, dans l’obscurité la plus totale, dans les bois et sur une petite route détrempée et couverte de feuilles mortes… Prudence absolue, ça glisse un peu et aucune erreur ne sera permise ! Finalement il est 5.45’ lorsque nous arrivons à Spy. Il y a beaucoup de monde, l’accueil y est chaleureux, on peut avoir du café, des softs, des biscuits, les membres du Chapter de Namur sont présents en nombre pour assurer le service et on en profite bien. On s’installe, cette fois nous nous débarrassons des vêtements de pluie et des vestes et Maryne se déchausse… Elle a les pieds mouillés, elle est déconfite mais heureuse d’être arrivée à l’étape. Elle a fait plus de 600 kilomètres et va enfin pouvoir rentrer ; Il est 6 heures passé lorsqu’elle appelle sa maman Christine et bonne nouvelle, elle va venir à Spy pour la ramener à Mons…

Après une bonne demi-heure d’arrêt, on se rhabille et on reprend la route, toujours sous une pluie battante. Direction Namur par la N93 puis Floreffe et Malonne… Nous devons rejoindre Helecine, il est prévu de parcourir une petite centaine de kilomètres par des routes sinueuses de la province de Namur. Nous longeons la Meuse à hauteur de Godinne, le jour se lève lentement et nous arrivons à Crupet pour emprunter ensuite la vallée du Samson en direction de Namèche et Hannut. La pluie a cessé en même temps que le jour s’est levé et on retrouve un peu plus de dynamisme… La fin est encore loin mais on s’en approche. Nous suivons un instant une colonne de hollandais qui se traîne un peu et j’ai envie d’ouvrir…

Je les dépasse et me retrouve très vite seul ; je pense à ce moment que David et Dany sont restés derrière les hollandais, je continue d’ouvrir et je roule enfin un peu à mon rythme. Je m’amuse mais je fais une erreur de lecture et me retrouve en dehors du parcours … Pas grave, je continue, je sais où je dois aller et je décide de poursuivre à ce rythme, j’attendrai les deux autres à l’étape. Il est environ 8 heures lorsque j’y arrive. Je vais faire valider mon carnet de route et je reçois le parcours suivant ; environ 60 kilomètres en direction du Limbourg, et plus précisément le circuit de Zolder. J’attends un peu mais je ne vois toujours pas David et Dany ; l’envie de rouler en solitaire pour le parcours suivant me trotte dans la tête ; David à un lecteur de roadbook et sait bien s’en servir, je me dis qu’ils ne m’en voudront pas de les avoir abandonnés pour une boucle et je décide finalement de partir. Je parcours donc seul une petite dizaine de kilomètres jusqu’au moment où je me rappelle que j’ai le carnet de route de David dans mon Tour Pack ! Merde, je dois retourner à Helecine pour qu’il ait son carnet pour valider son passage ! Je fais donc demi-tour et je reviens au contrôle précédent et j’y retrouve David et Dany comme prévu. Je découvre alors que je n’ai plus son carnet ! Comment est-ce possible ? Je l’ai pris à Spy et je suis certain de l’avoir rangé dans le Tour Pack ! Je l’ai sans doute perdu lors d’une manipulation mais je ne sais pas où ! J’informe Dany qui a entretemps pris ses dispositions avec les contrôleurs… Ils ont cacheté sur une feuille annexe qu’ils lui ont remise et ils corrigeront au point suivant avec moi qui suis sensé détenir le document original. Tant pis, je l’ai bel et bien perdu mais on ne s’inquiète pas outre mesure, on négociera avec les organisateurs à l’arrivée. Avec tout ça, il est presque 9.00’ lorsque nous repartons enfin… Nous devons être à Zolder avant 10.00’, nous avons donc une heure pour 60 km, ça tient la route !

Les routes sont maintenant tout à fait sèches et le rythme redevient plus élevé, enfin ! Aucun souci pour rejoindre le circuit de Zolder où nous arrivons comme prévu vers 10.00’. Nous y retrouvons le groupe de Mac Millan, Maya, Néo, Grande Brute en duo avec Sissy et Roland ; tout va bien pour tout le monde malgré les conditions extrêmement difficiles de la nuit. Nous validons nos carnets de route, confirmons aux organisateurs que celui de David est bel et bien perdu et nous recevons le dernier parcours qui doit nous ramener vers Anvers, plus précisément Pulderbos et il nous reste 75 km à parcourir. Dany, qui sait qu’il faut être rentré avant 15.00’ et qu’il y a environ 1 heure et demi de route pour parcourir la distance, me dit qu’il souhaite se reposer et manger un bout… Pas de souci et je décide de téléphoner à Lizzi pour l’informer et pour la rassurer ; je ne l’ai plus appelée depuis hier soir 22.00’. Allez hop, il est près de 10.30’ lorsque nous repartons, dernière étape avant l’arrivée. Direction Beringen, Tessenderlo et Geel… Beaucoup d’hésitations à Geel avant de retrouver le R14 comme indiqué… On suit un groupe de quelques motos à l’entrée de la ville, David souhaite que je les dépasse mais je préfère rester raisonnable ; on est en ville et je ne vais pas adopter une conduite « agressive » pour être devant eux, d’autant que j’ai aussi des doutes par rapport à la route à suivre ; finalement, après être repassé deux fois au même endroit, je décide de ne plus les suivre ; je change de direction, croyant trouver la route vers Aarschot et Turnhout, comme indiqué mais je me trompe aussi ; j’interpelle un passant pour tenter d’obtenir des infos. Mon néerlandais est plus que moyen et son accent limbourgeois est terrible ! Il me semble toutefois comprendre que nous devons faire demi-tour et qu’au troisième feu, en prenant à gauche, nous devrions récupérer le R14 dans la bonne direction. Je n’ai de toute façon pas le choix, je suis perdu et je suis ces instructions qui vont heureusement s’avérer être tout à fait exactes. Nous récupérons enfin l’itinéraire prévu et surprise, nous croisons le groupe de Mac Millan qui est aussi en difficulté… Pour ma part, je continue ma direction et effectivement je retrouve parfaitement les notes du roadbook et nous poursuivons ainsi notre route vers l’arrivée que nous atteignons finalement vers 12.15’.

Yes ! Nous sommes arrivés dans les temps, après une épreuve difficile à cause de la pluie incessante de la nuit et nous savourons l’instant. Il est temps de faire valider notre parcours et nous entrons dans la salle où les organisateurs remettent les récompenses et où le repas est servi. L’ambiance est bruyante, il y a beaucoup de monde qui attend le fameux pin’s et Mich sonne la cloche à chaque récompense particulière… Nous y sommes enfin et lorsque je reçois mon pin’s, Mich sonne la cloche en annonçant à l’assemblée que nous avons été le Chapter le mieux représenté lors de cette édition 2019 ; il me remet à cette occasion la plaque commémorative de l’évènement qui sera du plus bel effet à la concession HD de Mons.

Nous rejoignons le groupe de Mac Millan qui est déjà là (?!?) pour partager avec eux le repas et savourer ensemble notre exploit. Les autres montois qui ont terminé beaucoup plus tôt sont déjà repartis et je les comprends. J’apprendrai plus tard qu’ils étaient arrivés vers 9.00’ et que ne nous voyant pas rentrer, ils étaient repartis vers 11.00’, un peu déçus de ne pas nous avoir vu mais rassurés malgré tout de savoir que nous avions bien passé tous les contrôles.

Edition 2019 parfaite, avec son lot de difficultés comme on les attend, et pour ma part, très fier et heureux d’avoir mené 3 novices sur ce type d’épreuve, ils ont été au top et merci à eux pour leur confiance. Une pensée particulière pour Maryne qui a tout donné avec courage et qui sera certainement au départ de l’édition 2020, comme beaucoup d’entre nous je l’espère !

Michel « The Historian » – Novembre 2019


Michel Hannaert – Mons Chapter Hainaut Belgium – Historian – 00.32(0)473.76.60.59 – historian.officer@monschapter.be

Related posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sign up for updates

NEWSLETTER

ADDRESS

Rue de la Poire d’Or 23

7033 Mons

PHONE

+32 65 39 48 20

EMAIL US

webmaster@monschapter.be

FOLLOW US

Copyright © 2019 Bikers Club. All Rights Reserved.

X
To top