666 Miles 2018 – 18, 19 et 20 mai

666 Miles 2018 – 18, 19 et 20 mai

Le week-end des 19 et 20 mai derniers, nous organisions la deuxième édition de ce que nous pouvons désormais appeler avec fierté « la plus longue randonnée Harley-Davidson au roadbook d’Europe ». Quelques petits changements par rapport à l’édition 2017, … D’abord la constitution d’un comité organisateur constitué maintenant de 5 membres mais surtout une nouveauté au niveau des roadbooks, … A découvrir lors du briefing !

Les inscriptions avaient démarré en fanfare dès la fin de l’édition 2017 et nous avions bon espoir de rassembler un nombre de participants au moins égal à celui de l’an passé… Le changement de date, le fait du long week-end de Pentecôte, peut-être que cela a joué en notre défaveur puisque finalement nous avions 70 inscriptions à la veille de l’évènement, pour 99 à la première édition. Satisfaction quand même sachant que plusieurs Chapters français absents l’an dernier étaient inscrits cette année et que bon nombre des participants étrangers avaient souhaité renouveler l’expérience… Autre satisfaction, la présence en force d’amis néerlandophones des Chapters du Maasland, du Westpoort 66 mais surtout de l’Antwerp Diamond Port Chapter, initiateur et organisateur du « 500 miles – The Original ».  

Parallèlement à cela, les bénévoles s’étaient à nouveau manifestés en masse et, grâce au travail de coordination de Choupette, les équipes étaient constituées pour assister les organisateurs, du vendredi soir au dimanche après-midi sans interruption ! Nouveauté aussi pour cette année, l’organisation d’une soirée VIP à la concession HD-Mons pour accueillir dignement les participants et les sponsors mais cette fois entièrement sous le contrôle des organisateurs et des bénévoles… Soirée VIP, oui certainement ; je préfèrerais pour ma part appeler cette soirée un « VIP walking dinner » ; la richesse, la quantité et la variété des préparations confectionnées de main de Chef par Véro firent l’unanimité auprès des nombreux invités qui assistaient à la soirée. La présence d’un groupe des musiciens fût moyennement appréciée en début de soirée mais l’ambiance de la fin de soirée, sous l’impulsion de quelques membres du MCHB plutôt « dynamiques », fût remarquable, … musique rock à donf, danse et rigolade, … Que du bonheur.  L’heure tardive et le fait que bon nombre d’entre nous devait être frais et en forme le lendemain, en tant que participant, bénévole ou organisateur, la soirée s’acheva par le rangement de la salle et les préparatifs du lendemain… Ne pas oublier que Chips organisait aussi sa balade du Trèfle et que ses participants étaient conviés à partir de 8.30’ au même endroit… Nous fîmes un point d’honneur à ce que tout soit parfaitement en ordre aussi pour le démarrage de sa balade.

Samedi matin vers 8.00, les premiers bénévoles arrivaient sur place, en même temps que les participants et les organisateurs de la « Route 66 », à ne pas confondre avec les « 666 » …  Malgré la bonne volonté de chacun, lorsque le petit déjeuner préparé pour les participants aux 666 miles fût mis en place et que les premiers participants arrivèrent, Chips eut beaucoup de difficultés à rassembler son groupe pour faire son briefing ; lorsque je vis qu’il était installé au bar, je pensais que c’était une bonne manière de séparer les deux groupes ; en réalité une partie seulement de son groupe assista à son briefing, l’autre étant restée dans la salle avec le groupe des 666 … J’étais avec lui au moment du départ, il m’a exprimé son mécontentement et son énervement ; à ce moment je compris que les deux groupes s’étaient malgré tout mélangés et que Chips n’avait pas eu l’occasion de démarrer sa balade comme il l’aurait souhaité… J’étais désolé pour lui, j’avais eu le sentiment que tout s’était bien déroulé… A revoir donc et à améliorer pour la prochaine fois !

Les inscriptions aux 666 commençaient à cet instant, quelques participants inscrits à l’avance ne prirent pas le départ mais quelques autres s’inscrivaient le jour même pour notre plus grand plaisir et notamment Peter De Hertogh secrétaire du Antwerp Diamond Port Chapter. Petit déjeuner, visite de la concession, derniers préparatifs avant le départ, tout cela dans la bonne humeur mais avec une certaine fébrilité, … Est-ce que tout est bien prêt, n’avons-nous rien oublié, … La météo sera-t-elle favorable ? On n’annonce pas de pluie mais pour l’instant le ciel est gris et la température est beaucoup plus fraiche que celle des derniers jours ; on verra bien, de toute manière on ne peut rien y faire ! Dernier briefing pour les bénévoles qui vont occuper un poste de contrôle sur le parcours, … Aller hop, tout le monde au boulot, le premier groupe récupère son matériel et prend la route, direction « Madagascar » … Et oui, excusez du peu, nous on fait voyager nos participants 😊 ; pour rappel, il s’agit d’une petite localité située dans les Ardennes françaises, en bordure des boucles de la Meuse …

11.30’, il est temps de faire le briefing, tout le monde est dans la salle et attend les informations de dernière minute… En français puis en anglais, les quelques étrangers et les amis belges néerlandophones le souhaitent et donc je me lance, heureusement, j’ai préparé le texte et je crois que ma traduction est correcte … Nouveauté pour cette année et qui est annoncée seulement lors du briefing, tous les roadbooks d’une boucle sont remis en même temps aux participants lors du départ… La seule certitude est qu’ils doivent revenir à la concession HD-Mons… Pour le reste, aucune information concernant les points de contrôle et donc… Surprise, personne ne sait où se feront les contrôles ! On verra plus tard que ce nouveau principe va poser quelques problèmes à certains participants… Fin du briefing à 11.45’ précises, remise des roadbooks du parcours « Est » aux participants qui se bousculent devant les bénévoles qui doivent être très vigilants pour bien donner chacune des trois pages que comporte cette première boucle, en français et en anglais pour ceux qui le souhaitent… Et oui, on essaie de bien faire les choses !

11.55’, les moteurs tournent presque tous déjà et, petite nouveauté encore, pour éviter un départ groupé de toutes les motos, un contrôle est mis en place juste avant le départ, au cours duquel par groupe de 2 motos, on note le kilométrage, on vérifie l’immatriculation et on appose un petit sticker « 666 miles 2018 ». A midi pétante, la barrière est ouverte et par groupe de 2 à 3 motos, le départ des 666 miles 2018 est donné… Mêmes sensations que lors de la première édition, l’émotion est forte et tout le monde est présent, organisateurs, bénévoles, clients de la concession, curieux et badauds pour acclamer les courageux qui s’élancent. Gros applaudissements et cris d’encouragement pour notre ami liégeois Poyon, qui blessé la veille par une morsure de chien, a pris place derrière Dom pour lui faire la lecture du parcours ; son sourire en dit long sur le bonheur qu’il a d’être avec nous au départ, malgré sa mésaventure de la veille … Même euphorie pour Sebastien « Despé » qui, ayant le bras gauche dans le plâtre, n’a pas pu prendre le départ comme pilote et qui va donc passer 24 heures derrière Giovanni… Musique à fond comme souvent avec Giova, la nuit promet d’être longue…  Bonne route aux éclopés et à leur pilote !

Vers 12.15’, les 59 motos effectivement au départ ont toutes quitté la concession et un étrange calme revient petit à petit, … On aimerait bien pouvoir les suivre et vivre avec eux la découverte du parcours… Pour ceux qui restent sur place ce sera difficile et je ressens un peu d’inquiétude et de frustration… Espérons que les informations nous seront transmises au fur et à mesure…

La première boucle a volontairement été allongée par rapport aux autres ; environ 235 miles soit plus du tiers de la distance totale … Les routes y sont toutefois plutôt rapides et en dehors des agglomérations… Les participants vont donc pouvoir rouler un peu plus vite, il fait bien sec et donc la vitesse moyenne sera raisonnable. Il fait toujours gris à la concession mais les échos que nous recevrons via les bénévoles sur le parcours nous confirmeront que le soleil brille à peu près partout… Tant mieux, tout s’annonce pour le mieux. Premières impressions reçues des participants via les bénévoles… Tout va bien, le parcours est superbe et on s’éclate ! Rassuré du bon déroulement, vers 18.00’, je prends la route pour aller voir Pipelette, Mumu, Coco et Mezza Mezza qui sont à quelques kilomètres de Mons pour le dernier contrôle de la boucle Est. J’étais avec eux lorsque Choupette m’appela pour m’informer d’un accident de la route… Heureusement rien à voir avec notre organisation mais quand même un problème en perspective… Suite à cet accident, la route était partiellement barrée au départ de la boucle Nord, les pompiers laissaient passer le trafic au compte-goutte et nous allions certainement devoir changer l’itinéraire… Je me rendis donc au plus vite sur place pour évaluer le problème… Effectivement, une moto lourdement accidentée était couchée sur la route mais avait déjà été tirée le long du trottoir pour permettre le passage du trafic… Heureusement donc, la route était bien réouverte et nous n’aurions pas de retard… J’en informais Choupette et je retournais vers la concession lorsque je croisais Denis et JC qui commençait le parcours Nord… Il était environ 19.30’, ils étaient rentrés les premiers de la première boucle et étaient déjà repartis… Le ton était donné, ils tenteraient de rester en tête jusqu’au lendemain… C’était bien parti pour eux !

Les estimations que j’avais faites concernant les horaires allaient assez vite s’avérer « fantaisistes » pour ne pas dire mauvaises… En effet, lorsque j’avais fait le parcours 3 semaines plus tôt, j’étais rentré de la première boucle vers 17.45’ et Fabrice environ une demi-heure avant moi… Sur base de ce timing, j’avais prévu de démarrer le contrôle « retour Est » à partir de 17.00’ ; peut-être que les plus rapides arriveraient comme Fabrice l’avait fait après environ 5 heures de route… C’était sans compter les temps d’arrêt aux contrôles et effectivement les premiers rentrèrent vers 19.00’ ; la température commençait à baisser et la soirée et la nuit s’annonçaient fraiches pour ne pas dire froides ! Déjà 6 abandons au terme de cette première boucle… Un peu froid et fatiguant pour certains, mais surtout éprouvant pour un ami du Chapter de Namur, parti malade et qui avait malgré tout tenté le coup… Courageux mais il préféra quand même s’arrêter… Bonne idée Arnaud, il ne faut pas prendre des risques inutiles !

Il était près de minuit lorsque les participants commençaient à revenir de la boucle Nord… Plus courte de 70 miles que la première mais plus lente puisque passant par la ville de Brugge et par quelques agglomérations de Flandre occidentale ; on était donc bien en retard par rapport aux estimations… Heureusement, les bénévoles présents sur le parcours étaient patients et malgré le froid qui s’installait sérieusement, ils étaient fidèles au poste et faisait la fête aux participants qui se réjouissaient de l’ambiance qui régnait aux différents arrêts. On m’informa par téléphone qu’un groupe de 12 participants n’avait pas passé le premier contrôle Nord… Je vérifiais alors avec les n° des participants ; il s’agissait de tout le groupe des néerlandophones qui avaient choisi de rouler ensemble… Sans nouvelles de leur part, on pouvait supposer qu’ils étaient bien sur la route mais je fis quand même un texto à l’attention de Diane Meeus qui était avec eux ; sans réponse de sa part j’en conclus qu’ils roulaient et qu’ils n’avaient en tous cas pas eu d’accident.

Finalement et en désespoir de cause, je décidais de fermer le contrôle Nord qu’ils avaient loupé, mais quand même une heure après l’heure de fermeture initialement prévue… Espérons qu’ils arrivent au deuxième contrôle sans encombre… On verra alors que faire…

Malheureusement, mes craintes se confirmaient lorsque Fabrice m’informa qu’ils n’étaient pas passé le deuxième contrôle non plus ! Que se passe-t-il ? Ce sont des amateurs et des habitués de ce type d’épreuves et ils ont des soucis… Ouf, environ une demi-heure plus tard, Fabrice m’informe qu’il les a tous vu passer vers le contrôle quelques minutes après la fermeture et qu’ils sont bien sur la bonne route vers la concession… Heureusement donc, il n’y a pas eu d’incidents, ils ont simplement quelques difficultés avec le roadbook…

Je les attends donc à la concession pour voir quels sont les problèmes ; ils n’ont en fait pas eu de gros soucis, ils ont seulement raté de quelques kilomètres le premier contrôle ; j’insiste sur le fait qu’à ce stade de l’aventure nous acceptons qu’ils poursuivent mais qu’ils doivent absolument passer tous les contrôles suivants, sous peine de disqualification.

Autre souci pendant le déroulement de cette boucle… Petz Maas rentre vers minuit et demi, accompagné de deux de ses amis du FIFC, tous visiblement énervés… Il vient me voir et m’invite à m’asseoir pour me parler d’un problème… « J’ai fait environ 120 km entre Ath et Oudenaarde pour tenter de trouver une indication du roadbook que je n’ai jamais trouvée… » me dit-il visiblement très contrarié… Il est accompagné de Andreas Herling, qui était le premier participant étranger inscrit à nos 666 Miles ; il semble aussi fortement déçu, voire même mécontent… ! Je me rappelle alors le texto que j’avais reçu quelques minutes plus tôt d’un participant faisant partie de leur groupe… « Boulangerie Delabre… Jamais trouvée… Abandon n° 26 ! »

Il apparaît donc clairement que cette indication a été ratée par plusieurs participants… Je tente de rassurer Petz en lui disant que la plupart des autres sont déjà passés par là et qu’ils n’ont pas eu de difficultés…

« Tu sais », me dit-il, « on peut mettre la barre très haut, c’est apparemment ce que vous avez fait, et de ce fait beaucoup de participants vont avoir des difficultés, risqueront de ne pas s’amuser et ne reviendront sans doute plus à ton rallye… »  

« En revanche, » poursuit-il avec conviction, « lorsque nous organisons ce type de balades, nous faisons en sorte que tout le monde arrive au bout, qu’ils s’amusent, … Et donc ils reviennent chaque fois plus nombreux… »

Son discours est cohérent et je commence à douter de ce que nous avons proposé… Est-ce vraiment si difficile, au point que des habitués se plantent ? Je n’ai en tous cas pas eu cette impression lorsque j’ai découvert le parcours seul lors de l’épreuve test… Petz échange quelques mots en allemand avec Andreas, ils ne vont sans doute pas repartir et je les sens très déçus… A cet instant, Michel Pierard arrive avec un petit groupe d’autres membres du FIFC, de retour de la même boucle et avec le sourire aux lèvres ; apparemment pour eux tout va bien et ils s’amusent.

« Tout va bien, Michel ? Pas de difficultés avec le parcours ? » Il me répond par un grand sourire et avec les deux pouces en l’air ! Je me sens rassuré, le roadbook est sans doute plus difficile que celui de la boucle précédente mais beaucoup y arrivent quand même… Petz et Andreas, voyant la satisfaction de Michel, se concertent en allemand et m’annoncent qu’ils arrêtent… Andreas va retourner à l’hôtel tandis que Petz reprend la route vers le Luxembourg… « Il me reste deux heures de route à faire et je suis dans mon lit… » me dit-il en me saluant… Il a gardé le sourire mais est visiblement très déçu et je le regrette…

La plus triste nouvelle de cette deuxième boucle fût sans aucun doute l’abandon de JC et de Trinity sur problèmes techniques… Ils étaient rentrés en premier avec Denis mais n’avaient pas pu repartir… Quelques ratés moteurs, de plus en plus fréquents risquaient de les laisser en rade sur le bord de la route et donc ils décidèrent de ne pas repartir… La déception de JC était grande mais en même temps il pensait déjà à l’édition suivante qu’il ferait aux commandes de sa nouvelle monture…

Le reste de la nuit se déroula sans encombre, … Comme nous l’avions déjà remarqué lors de la première boucle, les heures d’ouverture des points de contrôle étaient largement mal estimées et les bénévoles eurent beaucoup de mal avec le froid lorsqu’ils furent contraints de rester dehors pendant des heures en attendant l’arrivée des participants… Malgré cela l’ambiance était au top et tout le monde s’amusait, participants et bénévoles !  

Un nouveau problème surgit lorsque je vis rentrer le groupe du Maasland Chapter à une heure qui me paraissait étrange par rapport au déroulement normal… Tenant compte de l’heure de leur départ pour la boucle ouest, Ils auraient dû revenir plus tard… Qu’ont-ils donc fait cette fois ? En réalité, ils n’étaient pas passé au point de contrôle et étaient rentrés directement à la concession… J’interpelle l’un deux en lui demandant quel avait été le problème ;

« On s’est trompé dans la série de rondpoints… » me dit-il ! « On a quand même fait les kilomètres » poursuit-il avec assurance ! Je vois Diane qui, apparemment très déçue de la tournure des évènements, comprend bien que la disqualification est devenue inévitable… Ils se rassemblent autour d’une table pour un moment de repos, discutent un peu en néerlandais avec Iwan du Brussels Chapter qui accompagnait Dom et Poyon mais qui ne participait pas au rallye ; ils prennent quelques cafés et une bonne demi-heure plus tard Diane vient vers moi pour me dire qu’ils vont rentrer à l’hôtel… Je suis également déçu de l’abandon de tout ce groupe mais c’est le jeu et je ne veux en aucun cas changer les règles en cours de route !

Fin de la boucle Ouest et il y a déjà 28 participants qui ont déclaré forfait ou qui sont disqualifiés… Cela fait beaucoup mais ceux qui restent ont la frite… Denis est toujours devant et il emmène maintenant Ricky et April Davidson qui, au retour de la balade du Trèfle, les ont attendu pour partir avec eux à la fin de la deuxième boucle.

 Le jour se lève et il n’y a pas eu de pluie et la nuit s’est passée sans encombre … Il a fait froid, surtout pour les bénévoles qui ont attendu des heures sans bouger, mais globalement les conditions météo ont été plutôt favorables. A Mons, il fait gris mais le soleil va bientôt pointer, c’est en tous cas ce qui est prévu et on attend cela avec impatience pour se réchauffer un peu. Il est environ 8 heures lorsque Fabrice reçoit un appel… Je suis à côté de lui et en écoutant ses réponses et en voyant son visage, je comprends que quelque chose de grave s’est produit sur le parcours… Il a en effet été informé d’une sévère sortie de route dont a été victime Erwan Prioux du Chapter Riviera Côte d’Azur… On apprend que la moto est très sévèrement endommagée et que le pilote est au plus mal. Un groupe de bénévoles présent à Mons décide donc de partir immédiatement avec la camionnette d’assistance. Notre inquiétude est grande car les infos que l’on a reçues sont un peu confuses et l’on pense au pire lorsqu’on nous apprend que les secours qui sont déjà sur place n’arrivent pas à obtenir l’identité de la victime… Il y a environ 45 minutes de route pour arriver sur place et on espère avoir au plus vite des informations concrètes de la situation… Au fur et à mesure du temps qui s’écoule, d’autres informations nous arrivent, plus rassurantes. Erwan est conscient, il aurait une clavicule cassée et est blessé au genou ; l’ambulance va l’emmener à l’hôpital de Hirson… C’est grave mais nous sommes malgré tout un peu soulagés…  Entretemps, les participants ont commencé à rentrer et, sous les applaudissements des bénévoles et les cris de joie de sa famille et de ses amis proches, Denis est rentré le premier, … C’était apparemment son objectif et il a parfaitement bien géré le temps et les petites difficultés du parcours ; il est encore débutant de ce type d’épreuves mais en termes de lecture de roadbook, il a donné la leçon à beaucoup d’autres… Bravo Denis ! Il est environ 10.00’, le soleil est maintenant bien présent et on installe le point de contrôle final à l’extérieur, c’est plus convivial pour accueillir les participants. Les petits groupes du départ se sont un peu rassemblés, sans doute aussi suite à l’accident d’Erwan dont beaucoup de participants ont été témoins lors de leur passage sur les lieux et maintenant les retours se font de manière plus rapprochées… Poyon et Dom rentrent un peu plus tard sous un tonnerre d’applaudissements ; Poyon a la main gauche levée, on sait qu’il a souffert mais il est toujours aussi souriant qu’au moment du départ, belle équipe, bravo à ce sympathique duo de liégeois !

Shelby qui a bossé toute la nuit en cuisine à la concession est maintenant prête avec son équipe pour accueillir les bikers fatigués et pour leur faire profiter d’une « boulette sauce tomate frites » qui fera l’unanimité… Le walking diner du vendredi soir, la soupe et le café de la nuit, et maintenant le repas de fin de rallye, … Bravo et merci aux cuisinières qui ont fait un travail remarquable et très apprécié ! Comme le veut la tradition des 666 miles, les femmes ayant participé à l’aventure se voient remettre un joli bouquet de fleurs… L’ambiance est bonne mais je vois sur le visage de Patrice du Chapter Riviera Côte d’Azur, ami d’Erwan et qui vient de rentrer, que son inquiétude est grande… Je tente de le rassurer et d’obtenir les dernières informations concernant Erwan… Il est à l’hôpital et a été bien pris en charge. Entretemps sa moto est revenue à Mons et on va récupérer ses affaires pour les emmener à Hirson. Choupette qui est encore dans le feu de l’émotion se propose de se rendre à l’hôpital pour obtenir toutes les informations et pour lui rapporter ses bagages. 

Et pendant que tout cela se passait, il restait encore un couple de participants sur les routes du dernier parcours… Gianluca et Rafaëlla avaient quitté Mons pour le dernier parcours vers 7.00’… Ils avaient beaucoup hésité à repartir tellement la fatigue de Rafaëlla était grande ; après une bonne tasse de soupe et avec les encouragements des bénévoles, ils étaient quand même repartis et nous les attendions avec impatience ; nous fûmes rassurés lorsque l’on apprit qu’ils avaient quittés le dernier contrôle et qu’ils étaient toujours dans les temps pour terminer la dernière boucle…  Ils arrivèrent enfin vers 11.45’ et sous les applaudissements de tous les participants et des bénévoles, ils apparurent à l’entrée de la salle, fatigués, heureux et émus par l’accueil que nous leur avions réservé… Bravo pour leur courage et leur détermination !

Cette deuxième édition des 666 Miles fût à nouveau riche en anecdotes, pleine d’émotions, parsemées de petites et de grandes inquiétudes et au final, c’est ce mélange de sensations que l’on recherche, que ce soit en tant que bénévoles, participants ou organisateurs… Les dernières informations reçues d’Erwan sont bonnes et heureusement, plus de peur que de mal… Espérons maintenant pour lui que les assurances couvriront au mieux les frais de sa mésaventure…

Le comité organisateur espère que les prochaines éditions rencontrent au moins le même succès que celui de cette année et surtout auprès des membres du MCHB. J’ai en tous cas pour ma part bon espoir que ce sera le cas… Le dimanche 20 mai, soit quelques heures seulement après le retour de l’édition 2018, les premières inscriptions commençaient à tomber pour l’édition 2019 ! A l’heure ou je termine ces quelques lignes, nous avons déjà une quinzaine d’inscriptions dont une toute grande majorité de membres du MCHB…

C’est beau la vie avec les amis du Mons Chapter… Merci à toutes et tous pour votre participation et pour votre aide et vivement la prochaine !

Michel « The Historian » – Juin 2018             


Michel Hannaert – Mons Chapter Hainaut Belgium – Historian – 00.32(0)473.76.60.59 – historian.officer@monschapter.be

Related posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sign up for updates

NEWSLETTER

ADDRESS

Rue de la Poire d’Or 23

7033 Mons

PHONE

+32 65 39 48 20

EMAIL US

webmaster@monschapter.be

FOLLOW US

Copyright © 2019 Bikers Club. All Rights Reserved.

X
To top