Bohemia 500 miles – Août 2017

Bohemia 500 miles – Août 2017

Et voici le récit de notre participation aux Bohemia 500 miles…

Après l’Italie et l’Allemagne, voici la troisième épreuve de 500 miles 2017 à laquelle participait en force une délégation du Mons Chapter, gageons que ce ne sera pas la dernière, … il reste encore les 500 miles d’Anvers et bien sûr la première édition de nos 666 miles !

Et voici donc un groupe de 6 motos au départ de l’aventure ce jeudi 10 août … La pluie est annoncée pour toute la journée et au moment du rassemblement pour le départ de Spy, bien que le ciel ne se soit pas encore lâché, les combis pluie sont déjà enfilées. Comme en Italie, les épouses accompagnent et voici donc Jax et Lili, Doudou et Bobette, le Commissaire et Romy, Samcro et Jenny, Dan et Alain et Lysiane et moi sur la route pour de nouvelles aventures… Dadito et Christine nous rejoindront à la fin de cette première journée, travail oblige.


Au programme environ 600 km pour nous mener à Oberaurach, petit village allemand situé à une cinquantaine de kilomètres au nord de Nuremberg. Alors heureusement que les autoroutes allemandes sont à la hauteur de leur réputation car ce n’est pas de la pluie qui va nous tomber dessus mais plutôt de « kolossale » averses orageuses, et cela sans arrêt depuis Liège ! A la pause déjeuner, on est tous complètement percés et Samcro et moi sommes contraints de changer de t-shirt, celui du départ et bien sût tout ce qui est au-dessus étant complétement trempé ! Vêtements de pluie inefficaces ou mal enfilés, en tous cas la sensation de froid est bien présente et il faut agir ! Quelques hamburgers et quelques cafés plus tard, poursuite du voyage mais les conditions ne changent pas vraiment ; bien que la pluie cesse à certains moments, la route reste détrempée et les projections que nous subissons continueront de nous inonder jusqu’à la sortie de l’autoroute. Les cinquante derniers kilomètres se déroulent presque sur le sec, ce qui nous excite un peu tant les routes sont agréables ; on peut enfin chauffer les flans des pneus qui s’ennuyaient depuis le matin… Je me retrouve un peu aux 500 miles d’il y un mois, … Wunderbare ! Arrivée au Landhaus d‘Oberaurach vers 18.00’, charmante petite auberge typique située à l’orée d’un bois, accueil chaleureux et en français. Tentative d’apéro sur la terrasse, mais la pluie est de retour et il fait vraiment trop froid ; espérons que les vêtements seront secs pour le départ de lendemain.


Après un excellent repas, Dadito et Christine nous rejoignent vers 22.30’ ; ils ont eu autant de pluie que nous mais comme toujours ils ont le sourire ! Un dernier verre au bar, et au lit ! 


J’enfile mes bottes encore mouillées mais le reste semble ok. Départ de la deuxième journée annoncée encore plus pluvieuse que la précédente, est-ce possible ? Tant pis, quand faut y aller… La pluie ne sera finalement pas le plus gros des problèmes de la journée et c’est Samcro qui va devoir affronter les plus grosses difficultés… Après une journée effectivement passée en grande partie sous la pluie, arrivée vers 16.30’ à la concession Harley -Davidson de Prague pour repérer les lieux du départ des 500 miles du lendemain. Le moteur de Samcro émettant des bruits particulièrement inquiétants, le chef mécano est appelé et diagnostique une casse moteur au niveau des soupapes ou de l’un des cylindres… Pas joli à entendre mais surtout aucune autre solution que d’abandonner la moto sur place et d’appeler l’assistance pour le rapatriement de la moto mais aussi de Samcro et Jenny pour lesquels les vacances vont sans doute s’arrêter bien avant la fin prévue. Beaucoup de palabres au téléphone avec la concession de Mons, avec les courtiers d’assurance… et enfin les informations tombent : La moto irréparable sera récupérée à Prague dans les prochains jours et l’avion sera réservé sous peu pour ramener Samcro et Jenny en Belgique en début de semaine… 


Pendant ce temps, certains passent du temps dans la boutique de la concession plutôt bien achalandée en accessoires et en vêtements tandis que les autres prennent un café au local du Praha Chapter, endroit chargé d’histoire et témoin de belles rencontres. A nouveau quelques soucis lorsque Dan achète une paire de gants pour remplacer ceux qui sont devenus inutilisables à cause des conditions météo catastrophiques de ces deux jours… 


Essayage difficile à cause du capteur antivol et finalement les gants sont choisis et achetés mais sont beaucoup trop grands. Que faire sachant que personne ne parle tchèque et que Dan a un peu de mal en anglais… Je me rends donc avec elle au comptoir et nous tombons sur une vendeuse plutôt antipathique qui d’emblée nous crie au visage « not possible to change… » Pop pop pop … On ne va pas se laisser faire ! S’ensuit une série d’échanges avec la vendeuse et son responsable et finalement Dan reçoit une autre paire de gants à sa taille et fait une bonne affaire puisqu’elle ne paie pas de supplément alors que la nouvelle paire est plus chère que l’autre ! Merci qui ???


D’autre part Samcro n’a aucune intention d’abandonner les 500 miles et nous nous lançons dans des démarches pour la location d’une moto pour le week-end. Pas facile car d’emblée on nous dit qu’il n’y a aucune moto libre… A nouveau des discussions avec le responsable et finalement un Road King 107ci est disponible ! Nous faisons les démarches pour en bénéficier jusqu’au lundi, inspection de la moto, dépôt d’une garantie, … Finalement Samcro sort de la boutique au guidon d’une moto. Jenny ne peut cacher son émotion ; les mésaventures des dernières heures l’ont énormément stressée et maintenant les larmes coulent sur son visage malgré le sourire retrouvé… Nous sommes tous soulagés et, après le transfert des bagages de l’Electra blessée vers le Road King et leur répartition sur les autres motos – Romy fera d’ailleurs la route avec un gros sac sur les genoux – on peut enfin prendre le chemin de l’hôtel situé non loin du centre de Prague.


Arrivée à l’hôtel Panorama et ensuite l’enregistrement et la récupération des clés des chambres ; nous ne sommes pourtant que 14 personnes mais cela prendra plus de ¾ d’heure ; malgré le sérieux et la sympathie de Paul, agent d’accueil stagiaire français, on n’ose imaginer ce que le peu de professionnalisme rencontré ici donnerait dans un de ces hôtels de plus de 5.000 chambres de Las Vegas. Ouf, finalement c’est fait et chacun reçoit sa clé. On apprend plus tard que Pierre et Romy furent accueillis dans leur chambre par le message « Welcome Mrs. & Mr. Desterbecq » affiché à l’écran de leur télé… Sans importance à ce stade de l’aventure et pourtant… On verra cela plus tard ! Rassemblement vers 20.15’ au bar de l’hôtel… Plus personne ne souhaite ressortir, la fatigue du voyage et l’énervement de la fin de journée sont bien présents et nous avons besoin de détente. On se rend vite compte que nous allons devoir nous habituer à la relative désorganisation que la taille de notre groupe impose au personnel de l’hôtel… Nous ne sommes toujours que 14 mais le temps pris pour passer commande, pour payer – et oui, ici on paie le repas d’avance – et

pour se faire servir est anormalement long et lorsque l’on voit la taille du groupe de chinois qui attend à l’accueil, on n’ose imaginer ce que cela va donner… Enfin, cela ne nous regarde pas et finalement vers 23.00 tout le monde a mangé et on peut aller se coucher !

Samedi matin, petit déjeuner international comme je les aime, tout le monde porte le t-shirt 666 miles et après les derniers préparatifs, nous nous rendons à la concession pour les inscriptions qui commencent à partir de 10.00’. Sur place, il n’y a pas encore trop de monde et l’on apprend qu’il y a aura 120 participants ; mieux qu’en Allemagne mais bien moins qu’en Italie. Nous recevons notre rallye-pack comprenant le t-shirt de l’évènement et quelques provisions ainsi que le carnet de route et le roadbook du prologue, annoncé pour 67 km et qui doit nous mener quelque part pour le départ officiel de l’aventure qui est prévu à 15.00’.

Les épouses présentes sont un peu émues, on s’embrasse, on fait des photos, on promet d’être bien prudent et de donner des nouvelles et c’est parti ! Pierre fait ses premiers 500 miles et on a décidé de scinder le groupe en deux ; Jax guidera le premier et moi je serai avec Pierre et on adoptera certainement un rythme plus lent. On découvre assez vite que lire le tchèque ne sera pas facile, qu’un roadbook qui ne mentionne pas les distances entre étapes est beaucoup moins pratique et qu’il va donc falloir faire bien attention aux marquages et aux panneaux routiers ! On traverse le centre de Prague et les indications du roadbook pour les premiers kilomètres me paraissent assez facile. J’ai toutefois un moment d’hésitation lorsque nous arrivons à une fourche, … Gauche ou droite ? Le roadbook ne mentionne rien et il y donc erreur ! J’avais expliqué à Pierre qu’en cas de doute, la meilleure solution serait le demi-tour et c’est donc ce que nous faisons. Nous croisons alors un groupe de 3 participants qui me signale de la tête que j’étais bon et nous faisons donc à nouveau demi-tour pour les suivre. Il y a à cet endroit pas mal de trafic et beaucoup de feux rouges et très vite je les perds ; pas de soucis, je continue dans cette direction à la recherche d’une indication « Billen » qui est à prendre à droite… Nous faisons ainsi une vingtaine de kilomètres qui nous mènent bien loin en dehors de Prague. Toujours pas d’indication, je commence à hésiter et je me retrouve à nouveau devant une fourche sans indication… Il y a donc encore erreur mais là, nous sommes seuls et il faut donc décider ! Retourner à Prague et refaire presque tout à l’envers ou contrôler avec le GPS de l’Electra de Pierre où se situe Billen ? On opte pour la deuxième solution et on se rend compte qu’il faut faire environ une dizaine de kilomètres pour rejoindre ce petit village situé en pleine campagne ; ok pour tenter le coup mais rien ne dit qu’il faille passer par là… Il ne s’agit en fait qu’une direction à suivre … En tous cas, nous sommes apparemment très loin de la bonne route, heureusement qu’il n’est que midi et que nous avons le temps jusqu’à 15.00’. On va donc à Billen et comme je le craignais, rien ne correspond plus avec le roadbook et on va droit dans le mur ! Décision ultime, … Nous mettons l’adresse de la destination finale dans le GPS et c’est parti pour environ 56 km pour se rendre à l’est de Prague, point de rendez-vous du départ des 500 miles et destination du prologue. Nous rejoignons le groupe vers 13.30’ après avoir parcouru environ 120 km au lieu des 67 annoncés sur le roadbook… Ça commence bien ! Jax, Samcro, Dadito et Alain s’inquiétaient de ne pas nous voir arriver, ils ont bouclé le prologue en 1 heure et n’ont fait que 38 km… Cela nous indique donc qu’il va falloir être vigilant, les distances affichées sur les roadbook ne seront sans doute pas toujours réalistes ! On avale un dernier repas avant le départ et surprise, 10 euros pour deux ce n’est vraiment pas cher !


Briefing en tchèque, en allemand et heureusement aussi en anglais… Rien de particulier à retenir si ce n’est que la prudence est de rigueur, ce n’est pas une course, on longera les frontières avec la Pologne, on pourra faire le plein la nuit lors des points de contrôle … Allez hop, assez parlé, on est pressé de partir et à 15.00’ précises le départ est donné.

Nous partons tous ensemble et par conséquent la file de moto est longue, tout le monde se suit, les plus hardis dépassent, les plus hésitants suivent gentiment, … Les premiers kilomètres se déroulent sans problème, Pierre et moi sommes au centre de la colonne, Jax et les autres sont quelques centaines de mètres devant nous. A la lecture du roadbook, j’ai toutefois une hésitation … Tout le monde est allé à gauche alors que nous devions d’abord passer un rond-point que je n’ai pas vu ! Je m’arrête donc, je relis les notes, un participant suisse me rejoint, s’interroge sur mon hésitation et ne semble pas d’accord avec moi… Soit, on a le temps et je fais donc demi-tour pour vérifier les points de passages et en effet, il n’y a pas eu le rond-point ! Nous voilà donc partis, seuls contre tous dans une autre direction pendant quelques kilomètres … Erreur ! Je ne retrouve pas la note suivante et donc je me suis de nouveau trompé ! Pierre est indulgent, il me suit en souriant ; en fait, il n’a pas le choix puisqu’il n’a pas le roadbook sur sa moto et le pauvre va en faire les frais… On verra cela au parcours suivant ! Demi-tour donc, nous n‘avons perdu qu’une dizaine de kilomètres mais maintenant nous roulons seuls, et personnellement je préfère ça. Tout va bien, les kilomètres passent, l’heure aussi, les petites hésitations sont nombreuses mais nous avançons.

Aux points de contrôle on retrouve d’autres participants, on reçoit quelques bonbons, on boit un coup … Pierre fume une petite cigarette… « J’ai le temps de prendre un café ? » me demande-t-il … « Oui Pierre, mais ne trainons pas » lui dis-je à chaque fois, … Le rythme doit être bien maintenu au début pour se permettre plus de temps sur la fin ! 


Quelques tchèques apparemment aussi très hésitants sont avec nous au début du 2ème parcours ; d’abord ils nous passent, ensuite ils s’arrêtent … Plus tard ils nous rejoignent et restent dans nos roues pendant une dizaine de kilomètres ; le roadbook mentionne le nom d’un village à suivre vers la gauche et surprise, la route est barrée pour travaux … Les tchèques ont entretemps fait demi-tour et je dois donc décider… Que faire ? Les travaux semblent assez anciens et je me dis que les organisateurs en ont tenu compte et que par conséquent je verrai bien l’indication à gauche un peu plus loin sur le parcours ; je décide donc de continuer tout droit ! Je fais donc plusieurs kilomètres sans jamais trouver l’indication du roadbook …

Arrivé dans un village, je vois des enfants jouer sur une place et il y a des adultes à proximité… Je vais tenter d’obtenir des infos ! Pas un mot d’anglais et donc je montre le roadbook à un brave homme qui me rassure en me montrant qu’un peu plus loin – environ 5 kilomètres si j’ai bien compris – la route tourne à gauche dans la direction que je recherche depuis près d’une demi-heure ! Ouf, … Bien que je n’aie plus vu personne depuis une trentaine de kilomètres, je suis vraisemblablement dans la bonne direction ! Les kilomètres défilent encore mais toujours pas l’indication recherchée et nous arrivons dans une grosse agglomération ; je commence vraiment à m’inquiéter ; si je dois faire demi-tour nous allons certainement faire plus de 50 kilomètres et perdre beaucoup de temps ; je m’arrête donc à nouveau pour me renseigner et je tombe sur quelqu’un qui parle bien l’anglais et qui, au moyen de son smartphone, recherche l’adresse du point de contrôle, un hôtel restaurant dans un petit village de campagne ; il reste 26 kilomètre pour y arriver mais le parcours n’a plus rien à voir avec le roadbook ; tant pis, nous n’avons pas le choix et on y va. Je sais que je me suis bien planté, je ne sais pas où exactement mais je suis rassuré de voir que nous arriverons malgré tout à l’étape dans le délai imposé. Surprise mais aussi satisfaction de croiser Jax et son groupe, suivi de bon nombres d’autres participants qui viennent du point de contrôle et qui sont déjà sur le parcours suivant… En final, nous validons notre carnet de route une heure après l’ouverture du point de contrôle…

Nous sommes plus tard que les autres mais toujours dans les délais ! D’autres participants arrivent alors que nous nous apprêtons à partir, nous ne sommes donc pas les derniers !


La suite de parcours se déroulera avec moins de difficultés ; je m’habitue bien à la lecture des notes du roadbook et j’ai donc moins d’hésitations ; Pierre me suit toujours avec la même patience et m’attend gentiment lorsque je refais quelques centaines de mètres pour vérifier un panneau ou une indication. Les kilomètres défilent, l’heure avance et bientôt la nuit tombe. On s’est arrêté un instant pour quelques belles photos au coucher du soleil et maintenant c’est la nuit noire, les routes ne sont évidemment pas éclairées et là je commence à bien apprécier le parcours ; nous suivons des belles routes qui sillonnent le cœur de la Tchéquie profonde, ça monte et ça descend, ça tourne beaucoup, … Que du plaisir d’autant qu’il fait sec et que l’on peut adopter un rythme un peu plus élevé. Nous rattrapons même d’autres motos qui roulent en groupe ; il s’agit de tchèques, de suisses et aussi d’un couple de belge, monsieur et madame spécialistes de 500 miles et qui portent une collection impressionnante de pin’s des 500 miles d’Anvers, de Suisse et de Tchéquie, … Des habitués donc !


Plus tard dans la nuit, et à l’inverse de ce que j’ai fait lors du 2ème parcours et qui nous a complètement perdu, je décide cette fois pour rester fidèle au roadbook de traverser une route barrée par des travaux ; bien joué, car quelques centaines de mètres plus loin la route redevient praticable. J’aurais sans doute dû faire cela chaque fois qu’il y avait des travaux… La nuit se poursuit sans problème bien que la température ait beaucoup diminué et que j’ai un peu froid. Les points de contrôles ne sont pas toujours bien indiqués et l’on s’arrête parfois au milieu de nulle part et dans l’obscurité la plus totale… 


Le jour se lève lentement, tout va bien mais vers 6.00’, Pierre ressent la fatigue et la distance qui nous sépare devient de plus en plus importante ; un arrêt s’impose. La route est déserte, on range les motos et on marche un peu, on plaisante, il fume quelques cigarettes et une petite demi-heure plus tard on se remet en route. Nous sommes toujours dans les délais et donc tout va bien. Le soleil se lève, Il fait maintenant très ensoleillé et la température devient très agréable. Pierre a un peu de mal à cause de la fatigue mais malgré tout il me suit bien.


Arrêt au point de contrôle à la fin du roadbook 11 et surprise, nous sommes accueillis par une charmante hôtesse « body painted » en policière… Il s’agit d’un café, garage « Motorkarsky Doupé » où l’ambiance est très chouette et où on retrouve pas mal de participants que nous avons suivi pendant la nuit. Nouvelle surprise lorsqu’un des organisateurs nous informe que suite à des travaux, nous ne pourrons pas suivre toutes les notes du roadbook et il me donne quelques indications qui s’avèreront plus tard bien utiles.
Il est à peu près 10.00’ lorsque j’appelle Lysiane pour l’informer de notre position ; nous allons entamer le 14ème et dernier roadbook et j’estime que nous serons rentrés vers 11.00’ ; Jax et son groupe sont déjà rentrés et tout le monde nous attend donc avec impatience…

Les derniers kilomètres se passent dans Prague et là encore quelques hésitations… Finalement, vers 11.15’ et après avoir parcourus plus de 1.000 km, Pierre et moi rejoignons l’hôtel Albatros, charmant bateau amarré au quai de la Vltava, où nos épouses et les autres participants sont déjà installés et dégustent une collation bien méritée… 


Nous passons l’entrée du parking et après la remise de notre carnet de route dûment complété avec tous les cachets de contrôle, nous recevons le pin’s tant attendu et qui représente la réalisation totale des Bohemia 500 Miles 2017 ! Pas peu fiers, … Fatigués mais contents de notre exploit. J’ai emmené Pierre sur près de 600 miles en Tchéquie et malgré mes nombreuses erreurs et hésitations, il a toujours gardé confiance et il est maintenant fin prêt pour affronter nos 666 miles fin septembre. Jax quant à lui a, comme chaque fois, fait preuve d’efficacité et de rapidité ; son rythme élevé a contraint son groupe à quelquefois patienter aux points contrôles qui n’étaient pas encore ouverts mais il aime ça ; il a pu tirer la bourre avec d’autres participants plus rapides et c’est tant mieux, je suis sûr qu’il a apprécié et je le remercie de s’être inquiété de ne pas nous voir plus souvent sur le parcours.

Retour à l’hôtel après un verre pris sur le bateau, repos bien mérité et certains du groupe décident de se mettre au lit quelques heures avant le repas du soir ; les plus courageux repartent aussitôt pour une première visite de Prague. Fin d’après-midi, on sort en ville, on fait un peu les boutiques et on dîne tous ensemble le soir.

Lundi première heure, Alain et Dan ainsi que Dadito et Christine nous quittent… Travail oblige, ils ne feront pas la suite du voyage avec nous. Embrassades, quelques photos de leur départ, … On est triste de se séparer mais on n’a pas le choix. Il faut maintenant ramener la moto de location que Samcro a utilisée pour les 500 miles et donc en route pour la concession de Prague ; préparation de la moto cassée pour le rapatriement, mise à bord de quelques bagages devenus inutiles et clôture du dossier de location ; une bonne surprise, finalement le montant de la location sera moins élevé qu’annoncé vendredi soir ! Retour à l’hôtel et entretemps le vol de retour de Samcro et Jenny a été annoncé ; ils partent cet après-midi vers Bruxelles, un chauffeur les prendra à l’hôtel et ils seront accueillis à leur arrivée à Zaventem… Allez, tout semble se goupiller au mieux…


Dernière péripétie à l’hôtel lorsque Samcro apprend que Jenny a payé la chambre que lui-même avait déjà payée lors de l’arrivée le vendredi soir ! Et voilà, c’est maintenant que l’on comprend pourquoi Pierre et Romy avaient été accueillis dans leur chambre par un message qui s’adressait à « Mr & Mrs Desterbecq » … En réalité, Samcro a payé sa chambre et Jenny a payé celle de Pierre et Romy ! Beaucoup de discussion pour comprendre la situation mais finalement Pierre et Samcro s’arrangeront lors de notre retour en Belgique… 


L’après-midi, visite de Prague, et voilà…, ainsi s’achève l’étape « Bohemia 500 Miles » de notre voyage. Merci à tous pour cette belle aventure qui va se prolonger dans les prochains jours en Pologne et en Allemagne, mais ça c’est privé…

Michel « The Historian » – Août 2017


Michel Hannaert – Mons Chapter Hainaut Belgium – Historian – 00.32(0)473.76.60.59 – historian.officer@monschapter.be

Related posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sign up for updates

NEWSLETTER

ADDRESS

Rue de la Poire d’Or 23

7033 Mons

PHONE

+32 65 39 48 20

EMAIL US

webmaster@monschapter.be

FOLLOW US

Copyright © 2019 Bikers Club. All Rights Reserved.

X
To top